arts plastiques Luxembourg

Discussion avec l’artiste Deborah De Robertis/

Discussion avec l’artiste Deborah De Robertis

Une conversation croisée entre la philosophe Geneviève Fraisse, Ainhoa Achutegui, directrice du CCR et l’artiste Deborah De Robertis éclaire l’oeuvre de cette artiste engagée qui “incarne une forme contemporaine de l‘empowerment’ des femmes, et dévoile [...] son sexe et/ou ses seins pour dénoncer le regard que porte la société sur les femmes.”

 

 

 « Comment comprendre le travail de l'artiste italo-luxembourgeoise la plus controversée du moment ? Qui est cette Deborah De Robertis, dont tout le monde parle et qui fait le buzz sur les réseaux sociaux ? [.] et surtout : pourquoi fait-elle ce qu'elle fait ?» [.] Deborah De Robertis, dans une tradition d'artistes féministes depuis les années 1960/70, n'accepte plus le rôle octroyé aux femmes dans le monde des arts. [.] [Elle] incarne une forme contemporaine de « empowerment » des femmes, car c'est elle qui juge, qui décide et qui agit. [.] Elle n'est plus dans la réaction mais s'impose, en tant qu'artiste, en tant que femme, dans l'Histoire, elle participe à son écriture. [.] [De Robertis] dévoile[.] son sexe et/ou ses seins pour dénoncer le regard que porte la société sur les femmes et elle continuera à le retourner. »

Ainhoa Achutegui, « Le corps révolutionnaire qui regarde. L'ouvre de Deborah De Robertis », Forum 396 (Juin 2019), p. 38-42.