Histoire

Lieux de mémoire, lieux de création, les Centres culturels de rencontre ont vu le jour  en 1972 en France autour de six monuments emblématiques soutenus dans leur initiative par Jacques Duhamel et Jacques Rigaud. Le label « Centre culturel de rencontre » vient donc distinguer la force d’un projet artistique, culturel, intellectuel en synergie avec un site patrimonial majeur qui se met au service de la création, de la transmission, de la recherche et de l’innovation, tissant un lien étroit entre des publics variés, des territoires. Créée dès janvier 1973  pour animer et coordonner leur action,  l’Association des Centres culturels de rencontre – ACCR – a été reconnue d’utilité publique en 1983.

Le réseau européen des Centres culturels de rencontre a été constitué en 1991 à Dublin. Il regroupe aujourd’hui plus de 40 partenaires répartis dans 16 pays d’Europe et de son voisinnage ainsi qu’au Canada, Brésil et en Australie,  porteurs d’une même ambition : développer un projet culturel contemporain ancré dans un lieu historique ayant perdu sa vocation première. L’objectif du réseau est la mise en place d’une coopération européenne dans ce domaine de la réutilisation du patrimoine au service des artistes et des chercheurs.

Le réseau permet ainsi à ses membres d’aborder avec une pleine légitimité les questions de développement dans les régions où cette formule est encore peu connue  et d’être considérés par l’Union Européenne et le Conseil de l’Europe comme des interlocuteurs représentatifs pour ces questions. Le réseau est membre fondateur et depuis 2010 à nouveau du Conseil d’Administration de Culture Action Europe. A ce titre, il  a été associé à l’élaboration du programme patrimoine de l’Union Européenne, dit Raphaël, ainsi qu’à la préparation de « Culture 2000 » et aujourd’hui aux discussions autour de la nouvelle génération de Programme Culture 2014-2020 et pour la promotion de l’Agenda pour la Culture.

En France, 1992 voit la Charte des CCR contresignée par Jack Lang, alors Ministre de la Culture et de la Communication et 1996 la création de la Commission nationale des Centres culturels de rencontre en France, sous l’égide du Ministre de la Culture et de la Communication. Enfin, en 1998 la Circulaire Trautmann conforte le positionnement original des CCR dans les politiques publiques et le rôle de l’ACCR. Le Conseil d’orientation est créé en 2001 afin de réunir au sein d’une même structure informelle de gouvernance les dynamiques associées aux membres français, historiquement plus nombreux, aux membres européens et internationaux.