résidences Neuville-sous-Montreuil

Laurence Vielle/

Poétesse et comédienne belge

Laurence  Vielle

Laurence Vielle est une poétesse et comédienne belge de langue française. Durant sa résidence à la Chartreuse de Neuville, lui permet , elle  se consacre à l’écriture de son projet collaboratif « De ses mains », une performance  qui croisse l’art du tissage et la poésie. 

Laurence Vielle est une Auteur et comédienne belge de langue française. Master en lettres, prix supérieur en art dramatique et déclamation, Laurence Vielle a reçu plusieurs prix dont le grand prix de l'Académie Charles Cros dans la catégorie Livre-disque, en 2016, ainsi que le prix des Découvreurs.Elle anime divers ateliers d'écriture et construit des spectacles grâce aux recueils minutieux des paroles des autres.

"Depuis 1968, je vis à Bruxelles. Poétesse et comédienne, j'écris et je dis les mots écrits, les miens ou ceux des autres. Oui, j'aime dire. Cela me tient debout. Les mots me traversent et je les traverse. Dire le monde, nous dire au monde, tant que nous y sommes. Une danse."

Durant sa résidence à la Chartreuse de Neuville d’une semaine du 23 août au 30 août 2019, elle  termine avec la compagnie Lunatic l’écriture de son projet collaboratif : « De ses mains ».

Ce texte est née avec la collaboration de la l Simone Prouvé. Simone Prouvé, lissière-tisseuse et artiste ouvrière, âgée de 87 ans, désire à la fois actualiser la pratique ancestrale du tissage à l’ère industrielle avec des matériaux nouveaux (fil d’acier, de cuivre, fibre de verre et polyoéthylène), tout en y apportant un aspect poétique (la rendant à la fois graphique et architecturale). Une première collaboration avait donné naissance à Fileuse (spectacle joué à la Chartreuse de Neuville en juillet 2017).

Aujourd’hui, ces deux femmes se lancent dans un nouveau projet de création intitulé « De ses mains ». Issue de réflexions sur l’espace pictural et d’une rêverie poétique autour du fil et de la figure archétypale des Parques, ce spectacle sera le portrait poétique et métissé de trois artistes de trois générations. Une enfant harpiste, une femme aérienne, arachnide, et une femme âgée tisserande. Une poète-diseuse et un peintre. Ces dernières pratiquent le tissage à leur manière, parcourent le paysage de la toile ou de l’instrument, à la croisée de l’artisanat, des arts, du design et de l’architecture.

Laurence Vielle est venue à La Chartreuse à la fois pour terminer l'écriture de son  texte "de ses mains". Elle a en même temps commencé un nouvel ouvrage "gratitude", en récoltant les traces laissées par les quelques milliers de belges abrités dans la Chartreuse durant la première guerre mondiale, civils, soldats, personnel médical, etc....