musique arts visuels Guebwiller

Jemma Woolmore/

Artiste vidéaste

Jemma Woolmore

Artiste vidéaste, Jemma Woolmore (Jem the Misfit) s’intéresse au lien entre le son et l’environnement, et développe des performances audiovisuelles qui interrogent la spatialité sonore.

Jemma Woolmore, Jem the Misfit de son nom d’artiste, est une vidéaste néo-zélandaise basée à Berlin. Effaçant les frontières entre la réalité et le virtuel, son travail explore les possibilités spatiales et émotionnelles qu’offre la lumière dans le cadre de spectacles vivants. Mélangeant performance audiovisuelle, installation et sculpture, elle témoigne d’une grande sensibilité et combine la lumière, le son et les structures matérielles de manière créative.

 

Inspirée par les séquences sonores se répétant et portée par un sens de la science-fiction, Jemma utilise des symboles récurrents pour interroger la fine frontière entre utopie et dystopie. Dans ses performances développées avec élégance, des structures cristallines et des textures sonores abstraites fluctuent, dialoguant avec le son et l’environnement. Jemma a collaboré avec la musicienne Paula Temple pour le Nonagon AV show, développé un mapping video intitulé « Sound Affects » au Sonos Studio de Los Angeles avec PATTERNS Architects, et créé l’installation permanente « Ephemeral Geometry » chez Les Dominicains de Haute Alsace. Elle a présenté ses travaux dans des clubs, des festivals et des institutions du monde entier, comme le Mapping festival (CH), MIRA (ES), Node festival (DE), Convergence festival (UK), Sonos Studio (USA), Krake Festival (DE) et Mutek Mexico. 

 

Durant sa résidence de deux semaines chez Les Dominicains de Haute Alsace en 2018, elle s’est intéressée à la musique de Jean Sebastien Bach d’un point de vue visuel et minimaliste, en cherchant des boucles dans son travail et celui de compositeurs contemporains. À partir de cette recherche, elle a créé une performance audiovisuelle en collaboration avec l’orchestre La Tempête.

Dans la presse

Psst.one (Novembre 2017)

Meoko (Septembre 2014)