lettres Fontevraud-l'Abbaye Villeneuve-lès-Avignon La Charité-sur-Loire

Farideh Hashemi/

Écrivaine

Farideh Hashemi

Écrivaine afghane, Farideh HASHEMI développe de nombreux projets questionnant nos modes de lecture, en expérimentant de nouvelles formes d’écriture.

Née en 1989 à Mashhad, en Iran, Farideh Hashemi est une écrivaine de nationalité afghane. Elle commencé à écrire à ses 20 ans puis se réfugie en France. Elle a écrit plusieurs textes non publiés : un livre pour enfants en 2016 (Les enfants de Normandie), un recueil de poèmes en 2017 (Chuchotis Romantiques), et un recueil de nouvelles en 2018 (Le texte déplacé).

À l’atelier des artistes en exil, elle a pu participer à des ateliers d’écriture et de création radiophonique ainsi qu’à des évènements littéraires. Judith Depaule, directrice de l’atelier, explique que Farideh Hashemi « développe une écriture toute en métaphores métaphysiques, jouant des mots et des concepts. Son appétit à entrer dans la langue française lui offre des licences imagées et pleine de saveur. C’est une autrice qui a beaucoup à dire pour s’être tu trop longtemps ».

 

En 2018-2019, elle effectuera trois résidences dans le cadre du programme NORA de l’ACCR : une résidence de trois mois à l’Abbaye de Fontevraud de septembre à novembre 2018, une résidence de deux mois à La Chartreuse de Villeneuve lez Avignon de janvier à mars 2019, et une résidence de trois mois au Prieuré de la Charité-sur-Loire de mars à juin 2019. Durant ces résidences, elle disposera d’un endroit calme pour se consacrer à son écriture, qui pour elle est libératrice. Elle poursuit différents projets d'écriture interrogeant les modes de lecture, notamment les les livres et les nouvelles technologies. Comment perçoit-on une œuvre littéraire, quels sens utilisons-nous quand nous lisons ? L’autrice souhaite développer une pièce de théâtre sonore, des nouvelles interactives, des livres interactifs, et un site internet s’inspirant du modèle des 1001 nuits, où une histoire serait publiée chaque soir.

Dans la presse

L'Humanité (Juillet 2017)