Arc-et-Senans

Duaa Qishta/

artiste plasticienne

Duaa Qishta

2022

Duaa Qishta est une artiste plasticienne palestinienne qui a grandi dans la bande de Gaza.

 

Duaa Qishta cherche à dévoiler la fausse identité culturelle de la société, à la base des conflits et des guerres et des différentes crises qu’elles produisent. Ses œuvres sont un acte de défiance et portent un message satirique sur la réalité politique et sociale. Son travail reflète la vie quotidienne, explore l’iconographie de l’image, la mémoire personnelle et collective, l’envers des choses et l’oppression. Elle s’attache à questionner la complexité du monde actuel, dont elle déconstruit les significations pour en explorer de nouvelles et construire une identité politique et culturelle qui change nos vies.

Elle utilise différents matériaux et techniques, tels que la peinture, le dessin, la sculpture, l'installation plastique, la photographie et la vidéo. Duaa Qishta a participé à de nombreuses expositions collectives, Elle a produit sa première exposition personnelle "Al-Awda Ice Cream" en 2019 avec le soutien de la Fondation A.M. Qattan en Palestine. Elle a obtenu en 2019-2020 une résidence d'art à la Cité internationale des arts à Paris, France. Elle a obtenu en 2021-2022 une résidence d'art avec collége de france "programme Pause" à ESAM l'école à Cherbourg et ESAD l'école à Valence et Grenoble, en France.

Projet de résidence

« À travers mon projet Bicyclette, je m’interroge sur les rêves d’émancipation des femmes de la bande de Gaza, où j’ai grandi. Les femmes y sont élevées de manière stéréotypée, selon des règles sociales et religieuses, focalisées sur leur apparence. Mon travail témoigne d’une grande sensibilité et de la vivacité d’un art féministe moyen-oriental, qui puise dans des symboles culturels pour démonter les stéréotypes de sociétés profondément sexistes et conservatrices où la femme n’a pas le droit à l’émancipation.
Mon projet repose sur ma propre expérience de réaliser le rêve de faire un jour du vélo, ce que j’ai pu faire en arrivant France. Cela m’a incitée en tant que plasticienne à aborder par une série de dessins, le concept de liberté pour les femmes palestiniennes en particulier et des femmes arabes en général, et de mettre en lumière les sentiments, les préoccupations et les complexités sociétales représentées par les coutumes, les traditions et les pensées masculines, et une identité culturelle qui impose des restrictions aux femmes et limite leur liberté. »