Bignan

Domaine de Kerguéhennec/

Art, architecture et paysage

Domaine de Kerguéhennec

Situé dans le Morbihan, le Domaine de Kerguéhennec est labellisé Centre culturel de rencontre depuis 1998. En synergie avec son patrimoine, le projet culturel qui y est développé établit un dialogue entre art, architecture et paysage.

SITE PATRIMONIAL

Le Domaine a été constitué au début du XVIIIe siècle par les frères Hogguer, banquiers suisses protestants, qui financent la compagnie des Indes implantée à Lorient. Ils font appel à l’architecte vannetais Olivier Delourme pour concevoir le château édifié en 1710. En 1872, le Domaine passe au Comte Paul-Henri Lanjuinais, député puis Président du Conseil général du Morbihan. Celui-ci fait du château sa résidence principale et entreprend de grands travaux sous la direction de l’architecte parisien Ernest Trihle qui rajoute les lucarnes du toit, le perron ainsi que le bassin et les balustrades de la cour d’honneur et aménage une chapelle. L’architecte renouvelle également les décors intérieurs et ornemente le fronton central de la façade principale.
Le parc botanique est aménagé par les frères Bühler, « paysagistes » célèbres de la fin du XIXe siècle. Au nord du château, les masses d’arbres du Grand-Bois sont recoupées par des allées dédoublées dont les larges courbes ne contrarient pas le relief du terrain. Parmi les futaies de hêtres, de chênes et de châtaigniers, des spécimens exotiques constituent un arboretum dont les sous-bois sont garnis de massifs de rhododendrons, de camélias et d’azalées. Au Sud, une allée cavalière a été creusée dans l’axe du château afin d’accentuer la perspective.

PROJET CULTUREL

La singularité du projet artistique et culturel du Domaine de Kerguéhennec repose sur le triptyque art / architecture / paysage. Il s’agit de questionner l’esprit, les pratiques et les usages des lieux, en veillant à montrer les continuités historiques, et en favorisant les circulations, physiques, mentales, intellectuelles, entre les lieux, construits ou paysagers, et les concepts, les idées, les images et les formes.
Reposant sur les qualités patrimoniales du site, le projet artistique et culturel valorise les collections (parc de sculptures, fonds Tal Coat), tout en maintenant le dialogue avec la création contemporaine, essentiellement dans le champ des arts plastiques et visuels, mais aussi à travers une programmation pluridisciplinaire variée, notamment dans les domaines du spectacle vivant et de la danse contemporaine. Des artistes, essentiellement des plasticiens, sont invités en résidence tout au long de l’année.

ACTIVITES ET ACTIONS

Liens entre « patrimoine » et « création », entre le site et le projet 
À travers le parc paysager dans ses dimensions historique et contemporaine, la peinture de Tal Coat, et l’inscription du Domaine dans son territoire, une thématique se dégage fortement autour de la question du Paysage. Elle est déclinée à travers diverses modalités de création et de diffusion, exposition et transmission. Ainsi, des expositions temporaires sont régulièrement présentées sur le site, dans les anciennes écuries et au château : Parmi les plus récentes : Dansaekhwa, l’aventure du monochrome en Corée des années 70 à nos jours ; La présentation, Shim Moon Seup ; Suspens, Lee Bae ; Paysages contemporains, les 30 ans du parc de sculptures à travers la collection du Frac Bretagne. La plupart des artistes invités bénéficient d’une aide à la production et de la rétribution du droit de présentation publique. Kerguéhennec se positionne également sur la scène internationale, notamment l’Asie, avec par exemple la coordination des événements et initiatives de l’année croisée France- Corée en Morbihan.
Résidences
Le Domaine de Kerguéhennec met à la disposition d’artistesplasticiens, deux ateliers-logements pour une durée généralement de 3 mois. Depuis 2011, le Domaine de Kerguéhennec a accueilli 31 artistes en résidence, dont 26 ont été présentés ensuite dans le cadre des expositions temporaires, monographiques ou de groupes, in situ ou hors-les-murs. Une résidence d’écriture sera inaugurée en 2015 dans le cadre de la préparation du 30e anniversaire, en 2016, de la création du parc de sculptures. Une exposition des collections du FRAC Bretagne, à l’origine de ce parc, sera présentée à l’été 2016.
Innovation, expérimentation 
Les résidences sont à la fois un lieu de recherche, d’expérimentation et de production ; elles accompagnent l’ensemble du processus de création et contribuent aux nouvelles modalités de transmission dans le domaine de la médiation culturelle.
Les actions transversales 
Dans le cadre des appels à projet d’Education artistique et culturelle de la Drac Bretagne, le Domaine a proposé deux résidences d’artistes en milieu scolaire. François Feutrie est intervenu auprès des classes de 4e du Collège Saint-Exupéry de Vannes, Simon Augade à L’école Julien Pradeau de Rochefort-en-Terre. Les artistes ont associé les élèves à leur travail de résidence autour des enjeux du dessin et de la sculpture dans leurs relations au patrimoine. A l’issue de chaque projet, une exposition retrace le cheminement artistique des élèves et des artistes.

ANCRAGE TERRITORIAL

Le fonds Tal Coat, un outil de diffusion sur le territoire 
Le département a constitué, par voie d’achats et de dons, une collection riche de quelques mille peintures, aquarelles, dessins et gravures du peintre Pierre Tal Coat (1905-1985). Destinés aux établissements d’enseignement, aux bibliothèques, aux mairies, aux centres médico-sociaux, etc., les rendez-vous hors-les-murs sont des temps d’échange avec le public autour de cette collection.
Ces actions se déploient sur l’ensemble du territoire départemental. Elles se traduisent par l’organisation de temps de rencontre (table ronde, conférence adulte et découverte jeune public, ateliers, expositions itinérantes).Au printemps 2017, un week-end de rencontres (présentation de l’édition numérique du catalogue raisonné, nouvelles publications, projection de film, rencontres, lectures…)
Partenariats culturels 
Le Domaine de Kerguéhennec a élaboré un partenariat étroit avec les acteurs culturels de son territoire. Les actions de médiation sur site et hors les murs, comme la programmation artistique du site, font largement appel à des artistes du territoire quel que soit le domaine artistique. Parmi les temps forts de 2016, figure notamment la collaboration avec la nouvelle équipe artistique du Théâtre de Lorient, scène nationale autour du projet des déambulations littéraires.