La Bastide Clairence

Clarenza*/

Bastide de l'Oralité

Clarenza*

La Bastide-Clairence est située en Nouvelle-Aquitaine, dans les Pyrénées-Atlantiques. L’association Clarenza y développe un projet culturel autour de l’oralité, projet pris en considération par l’ACCR depuis 2016.

LE SITE PATRIMONIAL

Clarenza est ancrée au sein de la Bastide-Clairence et s’inscrit dans plusieurs sites de cette commune qui fait partie de plus beaux villages de France. Sa porte d’entrée, le Trinquet / Jeu de Paume Gartxot, est classée Monument Historique en 2011. Suite à une datation par dendrochronologie, il est considéré comme le plus vieux Jeu de Paume en activité́ au monde : il date de 1512.

La Bastide Clairence se distingue par ses autres sites classés ou inscrits : l’église paroissiale Notre Dame de l’Assomption consacrée en 1315 et classée en 1996 ; le cimetière juif, classé en 1988 (présence attestée durant 200 ans dans le village, jusqu’à la Révolution, date à laquelle les Juifs sont considérés libres).

Du fait de l’architecture et de la forme urbanistique remarquables relevant de l’espace public, la Place des Arceaux, datant de 1312, est classée MH en 1942 et la rue Notre Dame (abords et circulation) est inscrite MH en 1942.

La Bastide compte d’autres sites remarquables, comme Pont de Port, site originel de création de la bastide, le lavoir et la chapelle (1886).

LE PROJET CULTUREL

« Clarenza, bastide de l’Oralité » inscrit la création artistique et la recherche au cœur d’une cité composée d’un patrimoine architectural remarquable et d’un patrimoine immatériel vivant et conscient. La bastide est habitée et ouverte et ses habitants deviennent acteurs ou témoins des événements. À partir de la notion d’oralité́, le village expérimente et crée un modèle de développement. La bastide accueille des artistes de tous horizons et toutes cultures pour participer au développement du projet. Les artistes et chercheurs invités s’inspirent et inscrivent leur action dans un cadre exceptionnel. Le village, en tant qu’espace physique et communauté́ humaine, bénéficie quant à lui des retombées d’un projet et d’une organisation de la pensée qui place l’humain au centre par un travail exigeant sur son patrimoine et son développement culturel, social et économique.

ACTIVITÉS ET ACTIONS

Le projet de Bastide de l’oralité porté par l’association Clarenza revêt différents volets.

Création : le point de départ de toute action étant l’oralité, les expérimentations artistiques prennent des formes variées et viennent questionner le patrimoine matériel, immatériel et environnemental du site. Par le concept d’oralité, la façon dont se place l’être humain dans son monde est soulignée. L’oralité participe de la démarche, de l’outil, de la visée du projet tel un cercle vertueux pour un développement spiralaire. Clarenza met en place des résidences de création artistique et de recherche à partir de la rencontre humaine, stimulant les échanges. La forme varie via des chantiers ponctuels ou répétés tel que Cheminement qui met en jeu les parcours quotidiens dans le village, les propos de villageois qui s’y rapportent et le travail de mise en lumière et en musique d’un musicien, d’un anthropologue et d’une ethnobotaniste.

Diffusion : formes spectaculaires, installations à l’issue des résidences de travail.

Médiation / formation : travail d’accompagnement spécifique de publics divers (notamment jeune public et amateurs) vers les arts et valorisation des sites patrimoniaux.

Edition : activité en devenir qui est une déclinaison sonore, visuelle des actions opérées sur les sites.

Des résidences de création et à la place de diffusion : Organisation de deux temps forts, le premier, Primaderan, proposant la rencontre entre artistes qui, dans la fragilité de cette rencontre, sont invités à proposer une forme spectaculaire ; le second, Larrazkenean, qui donne à voir ce qui est produit sur l’année, en lien aux habitants et/ou à leur patrimoine.

L’EXPÉRIMENTATION AU CŒUR DU PROJET DE CLARENZA

L’expérimentation depuis, par et pour l’oralité, constitue le fil rouge de la création artistique et de la recherche à la Bastide Clairence.

Clarenza met en jeu la création d’un modèle innovant. Par la participation et l’appropriation, le village et ses habitants se trouvent immergés dans un foyer de rencontres qui se veut fertile et générateur de dispositifs artistiques ou de chantiers de recherche renouvelés sans cesse et dans le même temps, moteur de développement de la vie économique et sociale. Utopie ou engagement véritable, ici le rêve et la réalité se côtoient et sont considérés comme les éléments fondamentaux d’une matrice opérationnelle.

Cette matrice place l’exigence dans la création et la recherche et accueille des partenaires artistiques, culturels et universitaires travaillant des thématiques affinées et/ou porteurs de démarches innovantes, ouvertes sur le vivant et les terrains de jeu proposés. En 2018-2019, c’est la thématique « On est de là où l’on vit » reprise de Marc Augé, qui est développée en partenariat avec l’Ethnopôle - Institut culturel basque / EHESS Paris.