Fehérvárcsurgó

Château Károlyi/

Une ouverture sur l'Europe

Château Károlyi

Situé à Fehérvárcsurgó, à quelques kilomètres de Budapest, le Château Karolyi est dans le réseau des Centres culturels de rencontre depuis une vingtaine d’année. Résolument européen, le Château a pour ambition d’être une véritable ouverture depuis la Hongrie sur l’Europe et inversement.

LE SITE PATRIMONIAL

Le château Károlyi a été construit en 1844 sur les fondations d’un château du XVIIe, par l’architecte autrichien Heinrich Koch. La dernière grande reconstruction date de 1910. Après la seconde Guerre mondiale, le château est nationalisé en 1945, pillé et change de fonctions successives et de gestionnaires puis il est abandonné.

En 1997 avec la signature d’un bail emphytéotique de 99 ans, la reconstruction du bâtiment et la réhabilitation du parc sont lancés à l'initiative de la Fondation Joseph Károlyi, créée en 1994 par le fils du dernier propriétaire dans le but d’y installer un Centre culturel de rencontre. La restauration a été achevée en 2011 complétée par la redécoration de certains espaces en 2018.

Le bâtiment central comporte de nombreux salons, des salles d'expositions et deux bibliothèques spécialisées, 22 chambres ainsi que les cuisines et un restaurant. Le parc à l’anglaise et les jardins à la française (50 ha) ont été conçus par le paysagiste Janos Hein.

La restauration des Communs, avec une salle de théâtre, des espaces d’exposition et des chambres d’hôtel  devrait s’achever en 2020.

UN CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

Le Centre culturel de rencontre de Fehérvárcsurgó vise à faire vivre un monument historique classé, à contribuer à l’ouverture européenne de la Hongrie et à œuvrer en faveur d’une meilleure connaissance de la Hongrie en Europe, en France en particulier.

Les principaux axes de son action sont :

- le patrimoine architectural avec des colloques internationaux

- la musique de chambre avec un Festival et des Académie de musique d’été

- la recherche et la confrontation des idées dans le domaine des sciences sociales à travers les colloques internationaux organisés seuls ou en coopération avec des universités ou centres culturels étrangers en Hongrie

- l’art des jardins et la préservation du patrimoine vert en fonction du cadre que constitue le parc historique de 50 hectares classé arboretum

Le Centre culturel de rencontre coexiste avec un hôtel et un restaurant créés par la famille Károlyi et gérés par une société commerciale, l’ensemble contribue au développement du tourisme culturel local  et régional et au-delà, européen en faisant rayonner le principe-même des Centres culturels de rencontre pour la revalorisation des monuments historiques, principe peu connu en Hongrie.

ACTIVITÉS ET ACTIONS

Amorcés en 1998 avec la chapelle du Château, les travaux de restauration de ce monument historique à l’abandon sont une œuvre de longue haleine. L’un des premiers principes avec le retour de la famille sur le site, a été de le proposer à la visite malgré les travaux afin de sensibiliser le public au travail en cours sur le monument. Il en est résulté une curiosité accrue de la part des visiteurs incités à revenir régulièrement constater les progrès.

La chapelle terminée, des concerts y ont été immédiatement organisés jusqu’en 2011 date de l’ouverture du bâtiment central restauré, offrant des salons plus spacieux. La nouveauté du concept de CCR en Hongrie tout comme la présence de la famille ont constitué deux défis pour penser l’usage des divers espaces et constituent une situation unique pour le moment en Hongrie. Monument majeur du patrimoine architectural hongrois, le château a donc été et continue de faire l’objet de fréquentes recherches de la part d’étudiants en architecture, histoire de l’art et management culturel et la Fondation participe à ou accueille de ce fait fréquemment des rencontres sur le patrimoine.

La présence de deux bibliothèques (environ 12 000 livres) et des fonds d’archives, celle de François Fejtö complétée en 2017 par celle de Thomas Schreiber, centrées sur l’histoire de l’Europe, la sociologie et les relations internationales et celle de Szabolcs de Vajay centrée sur la généalogie et l’héraldique, attirent des chercheurs et justifient l’organisation de journées d’études.

La musique, ici volontairement centrée sur la musique classique, est la « respiration » du monument historique, elle communie avec lui et révèle tout l’esprit du lieu. Les Académies musicales d’été de musique de chambre, également accessibles aux visiteurs de passage ou aux clients de l’hôtel, constituent des expériences souvent encore plus marquantes que les simples concerts. Accueillant toujours de jeunes musiciens étrangers, tout comme le Festival de quatuors à cordes de septembre, elles contribuent à la diffusion de ce mode de réutilisation du patrimoine.

Le Parc de cinquante hectares avec son jardin à la française dans la cour d’honneur et le parc à l’anglaise bordé d’une forêt, écrin vert du monument, font partie indissociable des activités « rencontre », fil directeur la Fondation. Les Journées des plantes et de l’Art des Jardins annuelles encouragent les échanges de points de vue de professionnels européens tandis que les promenades botaniques mensuelles auxquelles participent de plus en plus de visiteurs les attirent ensuite également vers le monument dont ils découvrent les diverses facettes.

UN ANCRAGE TERRITORIAL AUTOUR DU NUMÉRIQUE

Le principe du Centre culturel de rencontre était en 1994 une « idée neuve » pour la Hongrie, et l’idée directrice de la Fondation Joseph Károlyi étant de contribuer à l’ouverture européenne du pays, il a semblé pertinent de créer des partenariats avec différents instituts culturels, ambassades, fondations et départements universitaires hongrois et européens. Ils donnent aux événements une dimension européenne et permettent aux participants hongrois de nouer des liens avec des artistes et scientifiques étrangers.

Il en va ainsi pour tous les événements créés par la Fondation : les Journées Européennes des Plantes et de l’Art des Jardins (lancées en 2005) accueillent chaque année trois pays invités d’honneur, la France et les deux pays détenant la présidence de l’Union Européenne.

Le soutien des ambassades et des instituts culturels, permet la participation d’intervenants issus de ces pays pour cet événement tout comme pour les colloques annuels en sciences sociales. De même, le Festival de Quatuors à cordes Quartettissimo, lancé en 2015, en coopération avec l’association française ProQuartet vise à promouvoir la musique de chambre avec, entre autres, le soutien de l’institut français de Budapest ainsi que la ville de Székesfehérvár et des Instituts culturels étrangers. Ces partenariats sont un élément moteur pour le développement des activités du Centre culturel.